Votre mot de passe vous sera envoyé.

Aïe. Aïe. AÏE. Après que Rock En Seine ait enfin annoncé son report (pas qu’on leur souhaitait mais pourquoi avoir tant tardé), on espérait un potentiel retour des lives en fin d’année. Oui, on a le droit d’être optimiste. Rock En Seine annonçant même vouloir organiser quelque chose sur le site du festival comme le disait son président Emmanuel Hoog :

“Un projet incarné, sous une forme originale et singulière pour porter un message d’optimisme et de combat autour du spectacle vivant. Est-ce que ça pourrait être une soirée exceptionnelle? Il est encore trop tôt pour dire quelle forme cela pourrait prendre, et si même cette initiative pourra voir le jour. Ce sont les conditions sanitaires qui le diront. Nous sommes des organisateurs avant tout responsables et la santé de tous reste notre priorité, nous ne prendrons aucun risque.”

En dehors de cela, certains s’étonnent de voir des salles programmer des dates en septembre, octobre alors qu’on ne sera probablement pas plus avancés. Surtout qu’en termes de distanciation sociale, les salles seraient incapables d’accueillir dans les bonnes conditions. Alors oui, on peut espérer que le virus disparaisse de lui-même comme le SRAS d’où ces programmations.
Et puis il y a des acteurs qui vont plus loin et l’annoncent :

“Pas d’ouverture avant 2021 !”

Voilà voilà. On voit des concerts drive-in se développer, des concerts à jauge réduits envisagés, des experts qui annoncent qu’on ne pourra plus faire de wall of death et autres pogos. C’est sûr que sans concert, ça va être compliqué de les pratiquer.

Les clients ne pourront pas se tenir debout devant la scène, comme ils en ont l’habitude. Les pogos et les slams sont des violations de la distanciation sociale en soi et doivent être absolument interdits pendant cette pandémie.”

En tout cas, beaucoup de salles semblent dire que pour 2020, c’est cuit comme on peut le lire dans cet article du Parisien. Cyrille Bonin, le patron du Transbordeur ayant, à juste titre, souligné que la plupart des groupes anglo-saxons reprogrammaient leurs tournées en 2021.

“Economiquement, ce ne serait viable pour personne. Il faut entre 70 et 80 % de remplissage pour équilibrer un concert. Avec 30 % à 40 % de la salle, on en est loin. Et en termes d’ambiance, le résultat serait désastreux. Avec les mesures de distanciation sociale préconisées, La Cigale passerait de 1472 à 177 spectateurs debout, 100 dans la fosse et 77 au balcon. À l’Olympia, on tomberait de 2 800 à 900. Et de 2000 à 600 à 700 places assises.”

Laurent De Cerner, directeur général de L’Olympia

Olivier Darbois, président du premier syndicat du spectacle vivant (400 salles) annonçant :

“L’équation économique est impossible à tenir. Dans l’état actuel des choses, ce serait pire de rouvrir que de rester fermé. Nos entreprises sont plus protégées à l’arrêt, avec le chômage partiel et le report des charges.”

Préparez-vous mentalement, l’automne et l’hiver vont paraitre bien longs sans soirées dans des caves, collés à des gens en sueur. Pendant ce temps, aux États-Unis, certains promoteurs déclarent que les recommandations de prévention n’ont aucune base scientifique. Sont forts les américains, ils arrivent toujours à nous surprendre !

Source : L’ami David