Votre mot de passe vous sera envoyé.
TUxOnM0daAk

Quand on a vécu l’enfer, on peut relativiser la “musique du diable” qu’est le death metal. En tout cas une survivante de l’holocauste, 96 ans au compteur, est devenue chanteuse pour un groupe de death metal suisse nommé Inge & the TritoneKings.

Après avoir fui un camp de concentration durant la seconde guerre mondiale, Inge Ginsberg s’est retrouvée dans un camp de refugiés en Suisse. Après moult péripéties dont une carrière dans l’écriture de chansons pour Hollywood et une autre pour les services secrets suisses, mamie a tranquillement décidé de pousser la chansonnette chez les Helvètes.

Ou plus exactement de crier ses poèmes sur du death metal, à 93 ans. Un documentaire du New York Times revient sur le parcours pour le moins atypique de cette nonagénaire, logiquement intitulé “Death Metal Grandma“.

Cette grande dame qui, de son propre aveu “ne sait pas chanter“, mais trouve important de “s’entourer de jeunes et faire des choses qu’elle n’avait faite avant”, a même participé à l’émission “La Suisse A Un Incroyable Talent”. Un modèle pour toutes et tous.

Source : My Modern Met

 

BONUS : Cocorico, notre mamie rockstar à nous c’était Jeanne Calment, qui à 120 ans bien tassés avait enregistré le tube “La Farandole“. On vous conseille d’attendre 0:28 pour entendre le refrain le plus difficile à sortir de tous les temps.