Derrière ce nom plutôt étrange de Shadow Cut se cache un jeune trio finlandais qui nous propose avec ce ‘Pictures Of Death‘ leur premier album. Mais jeunes, ils ne le sont qu’en ce qui concerne la date de formation du groupe, puisque, pour ne citer que lui, le batteur n’est autre que le terrible Repe Misanthrope des Impaled Nazarene. Alors, avoir un nom tel que celui-ci dans son line-up, ça aide à se faire connaître et dans ce cas précis c’est aussi un vrai gage de qualité, au moins au niveau technique. On notera également que l’artwork, étalant nudité et violence malsaine d’une manière qui plaira certainement beaucoup aux mères de familles les plus prudes, rappelle par son esthétique particulière et son côté épuré celui de ‘Absence Of War Does Not Mean Peace‘ d’Impaled Nazarene, justement. Coincidence ou petit clin d’oeil aux fans…?

Mais si les deux groupes partagent un membre et des origines communes, leurs musiques partent dans des directions relativement différentes. Exit le death frénétique, les mélodies torturées, le son clean et sans bavures, la voix démoniaque de Mikaakim et tout ce qui va avec. ‘Pictures Of death‘ est un retour aux sources d’un death plus profond et plus sombre, plus lourd, aux mélodies surement plus traditionelles mais non moins bien éxécutées. C’est un peu du death bio. On coupe tout ce qui dépasse, on supprime tout le superflu et on garde l’essentiel en n’oubliant pas de laisser au son un côté fait maison pas déplaisant du tout.

Et c’est ça qui fait la force de cet album : le mélange du son oldschool avec des structures de titres, des sonorités et des rythmiques plus innovantes et modernes. Il suffit d’écouter le premier titre de l’album, ‘Drug/Murder/Them‘, son intro en larsens et interférences en tout genre pour comprendre, dès que le refrain arrive avec sa mélodie soutenue par une rythmique ternaire estanpillée made in Finland, à quel point les compositions recellent en fait de subtilités de ce genre.

Tout comme par exemple Amen avait réussi à redonner au punk et au métal le côté crade qui leur est dû avec ‘We Have Come For Your Parents‘, mais de manière toujours un peu aseptisée, Shadow Cut reprend cette idée en y mélangeant, pour piocher dans leur compatriotes, la mélancolie de The Withering (la mélodie de ‘Pictures Of death‘ rapellant presque leur magnifique ‘Northern Breeze‘) et la brutalité sans failles des guerriers de chez Sotajumala. Parce qu’il ne faut pas oublier que par moments, ça va très vite et ça tape très fort, ‘Servant Of Pain‘ ou ‘Throatcuts Nine‘ faisant office, avec leurs riffs à la Obituary, de véritables boucheries.

Malheureusement, si on est d’abord soufflé par la technique de Repe et les quelques mélodies plutôt accrocheuses, l’attention a vite tendance à retomber et les 42 minutes de ce ‘Pictures Of death‘ pourront paraître bien longues à ceux qui n’apprécieront pas le choix de ce son si spécial et plutôt osé. Il y a de bonnes idées mais elles ne sont tout simplement pas assez nombreuses pour permettre à ce premier album de sortir du lot. Il reste alors les quelques passages balançant plus vers le black, comme la fin de ‘My Sweet Cult‘, les quelques samples par-ci par-là, globalement plutôt bien choisis ou les longues envolées instrumentales très fréquentes à se mettre sous la dent. C’est déjà pas mal, se diront les moins éxigents. C’est vrai qu’après tout il n’y a pas de quoi être trop critique non plus et Shadow Cut s’en sort sans trop de dégats. On attend donc le prochain opus déjà prévu pour se fixer définitivement sur ce groupe au potentiel encore mal exploité.