Le premier n’était déjà pas très bien, le second n’est pas spécialement mieux. The Fratellis est à la power-pop ce que sont les Fratellis des Goonies aux gangsters : une enfilade de clichés sympatoches, divertissant à défaut d’être bouleversant. Un truc qui dupera les niais et les enfants.

Here We Stand‘ est peu ou prou le même album que ‘Costello Music‘ (qui n’avait de Costello que le nom…) : power-pop musclée sous haute influence Supergrass coupé avec ce qu’il faut de Libertines. Donc guitares affinées, piano sautillant, refrains accrocheurs et attitude de bons vivants rigolos. Fort bien, où se trouve le souci ? Le problème est que si les Fratellis montrent de bien nobles intentions ils pêchent par manque de personnalité mais surtout par manque de vraies chansons. ‘Here We Stand‘ le démontre allégrement. Là où ‘Costello Music‘ offrait avec ‘Dear Henrietta‘, ‘Whistle for the choir‘ ou ‘Chelsea Dagger‘ des plats de résistance qu’il nous arrive encore de siffloter à l’occasion, on n’entend pas grand chose de transcendant dans ce nouvel album. Rien de mauvais à signaler, c’est déjà ça, mais l’amateur des Kinks ou des groupes mentionnés plus haut restera sur sa faim. Il y a bien le single ‘Mistress Mabel‘, réjouissant mais fort peu personnel. Un ‘Look out sunshine !‘ qui tente en vain de faire trembler Oasis. Un ‘My friend John‘ qui rappelle ‘Trust‘ de Prince (!). ‘Jesus stole my baby‘ comme du Greenday calme. L’inévitable balade acoustique ‘Acid Jazz Singer‘, plutôt pas mal d’ailleurs. Parfois, les Fratellis surnagent (‘Stragglers Moon‘, ‘Babydoll‘) mais dans l’absolu, il est difficile de s’enthousiasmer pour ces sous-Supergrass alors qu’on a les originaux en grande forme. Le tout manque cruellement de consistance. Et surtout, il y a ces mélodies toujours un peu fades qui ne font jamais se dresser les cheveux sur le crane. Gênant lorsqu’on est un groupe pop.

Les Fratellis ont tout pour plaire, mis à part cette voix proche du GreenDay en chef : ils jouent à fond et ouvertement la carte la plus pop de leur jeu en ayant la bonne idée de ne pas sombrer dans le tapinage à la Kaiser Chiefs ou Razorlight. Cependant, leur manque de personnalité frappe tout au long de ‘Here We Stand‘ ce qui les empêche de se démarquer concrètement de tous les groupes anglais du moment. Un groupe doué mais grand Dieu jamais génial qu’on oubliera jusqu’au prochain album.