Votre mot de passe vous sera envoyé.

Les portes s’ouvrent, comme toujours en retard à la Maroquinerie et c’est pour nous la découverte des Soft Walls. Un morceau instrumental bien bourrin débute les hostilités sous de bonnes auspices. Hélas, ils ont eu la mauvaise idée d’avoir un chanteur. Dès que le bonhomme prend le micro, on a vite envie de lui retirer. Les efforts des zikos sont donc rapidement réduits à néant à cause de cette voix encombrante.

Rapidement, les mecs de Viet Cong viennent régler leurs instrus eux-mêmes pour la suite. Les 4 gais lurrons ne se font pas prier pour jouer leur deuxième concert parisien en quelques mois. Equipés d’un seul album pour le moment, ils démarrent leur show par 2 titres issus de leur EP. Il faut avoir les oreilles sacrément bouchées pour ne pas se rendre compte que le chanteur a la voix nettement plus rocailleuse sur scène. Le son, extrêmement fort, et cette nouvelle approche vocale entre le marin et le vieil ivrogne endurcit gravement les morceaux. A l’écoute de l’album, on savait que les Viet Cong avaient cette agressivité latente, elle n’a pas mis 30 secondes à transparaître en live.

Silhouettes” et “March of Progress” débarquent rapidement dans la danse et la foule est euphorique. Le groupe délivre un set intense, costaud et généreux. La tension est le maître-mot de cette prestation où les enchaînements sont rapides et les morceaux rallongés de plusieurs minutes pour chaque titre. La preuve en est avec “Bunker Buster” et “Death“, qui n’a bien failli jamais connaître de fin. L’accalmie viendra uniquement par “Continental Shelf“, le morceau pop et l’unique où les déflagrations ne seront pas de mises.

Seule anicroche, cette fin de concert sans rappel où l’on a tous attendu de longues minutes un retour inespéré. Pour sûr, Viet Cong a tapé fort hier soir et a marqué les esprits avec un show d’une qualité inattendue. De souvenir en 2015, je ne pense pas avoir vu un concert rock de cette trempe. Une belle surprise à surveiller de près pour la suite dont on a l’espoir encore de revoir à Rock en Seine puisqu’ils seront présents à la Route du Rock.