Votre mot de passe vous sera envoyé.

On ne sait toujours pas si les festivals de cet été pourront se tenir ou non. Ceci force les orgas à faire “comme si” en attendant, mais une deuxième année annulée après avoir de nouveau travaillé pour risquerait bien de leur être fatale.

Le Hellfest a remis au travail tous ses employés depuis le 4 janvier, se privant ainsi des aides gouvernementales.

Dans une longue lettre adressée à la Ministre de la Culture, le festival explique les choses et demande des réponses.

Comme on sait que vous êtes des flemmards illetrés, on vous a préparé le tl;dr qui va bien :

“Madame la Ministre, notre question est donc la suivante : « avec une pression hospitalière moindre, combinée à une période estivale où l’on sait que ce virus est moins virulent, est-il concevable d’envisager la tenue de nos mégas événements ? Ou bien, devons-nous considérer dès maintenant que tant qu’une immunité collective ne sera pas atteinte, il sera impossible de remettre en place des événements accueillant des dizaines de milliers de spectateurs ? ».

La réponse que nous attendons de vous n’est pas de savoir si les festivaliers pourront assister l’été prochain à de « vrais-faux » festivals à jauge réduite, en tout assis, en zone verte et en respectant un couvre-feu quel qu’il soit. Nous voulons savoir si 60 000 personnes par jour pourront venir headbanger debout, en plein air et sans distanciation sociale, en écoutant du bon vieux rock’n’roll !”