Votre mot de passe vous sera envoyé.

CLICK HERE FOR THE ENGLISH VERSION

Écoutant Filter depuis les années 90 sans jamais avoir vu son frontman de près, j’avais saisi l’occasion de négocier la totale en termes de promo, live report, photos et donc interview. Malgré mes engagements professionnels, le tour manager aura la gentillesse de me caler ça après le concert de Combichrist. Et c’est donc dans le tourbus du groupe que je suis convié à rejoindre Richard Patrick, ce mec qui a en partie accompagné ma fin d’adolescence. Seule règle, pas de photo promo, Richard est crevé et préfère éviter ça. C’est donc un frontman installé tranquilou et fumant sa cigarette électronique que je rejoins et avec lequel j’aborde rapidement mon plaisir de le rencontrer…

J’évoquais avant l’interview même le fait que vous n’étiez pas venus depuis un petit moment, car il y a eu une tournée européenne en 2013 mais qui esquivait la France, comment s’est donc montée cette dernière tournée ?

Richard : Elle a été mise en place par André de Combichrist… Enfin, leur label, il y a cet homme très enthousiaste du nom d’André, il nous a demandés de partir en tournée avec Combichrist et je me suis dit que c’était une bonne idée.

Tu as fait pas mal de changements avec cet album, premièrement, les musiciens, peux-tu nous dire comment tu les as impliqués dans ton process créatif pour cet album de Filter ?

Richard : Initialement, les trois premières chansons que nous avons faites étaient “Your Bullets”, “Nothing In My Hands” et “Head Of Fire” et c’était un peu la routine avec mon ami Johnny Radtke (ndr : qui officiait avec Richard sur le précédent disque de Filter) qui joue de la guitare et avec lequel nous avions écrits quelques parties. Nous avions en quelque sorte les bases de l’album quand j’ai rencontré ce gamin appelé Oumi Kapila qui joue de la guitare et s’avérait aussi être un bon partenaire d’écriture tout autant qu’un bon ingénieur donc j’ai travaillé avec lui sur le reste de l’album… Quant à Ashley (Dzerigian), Chris (Reeve) et Bobby (Miller), ce sont des personnes qui gravitaient autour de moi depuis la dernière tournée et j’ai juste dit “restons ensemble suffisamment longtemps pour sortir un album et voir ce qui se produit”…

Puis, tu as décidé de changer la manière dont tu fais tes disques, tu as ensuite créé une campagne sur PledgeMusic.com, je suppose que tu en as retiré une certaine liberté, pourquoi avoir décidé de passer par ce site ?

Richard : Et bien, tu vois, Pledge… Les labels sont décimés par le fait que plus personne ne veut payer pour de la musique, c’est une triste réalité. La communauté Pledge nous a aidés à faire ce disque. Dans un premier temps… Le crowdfunding, je trouvais que c’était mendier, ce genre de choses mais PledgeMusic est différent car ce sont des fans et ils s’engagent à acheter l’album avant même qu’il ne soit sorti “voici mon argent de manière à ce que tu puisses le faire”. Et on a d’ailleurs fini avec pas mal d’argent…

Super !

Richard : Oui, les factures sont payées tu vois. Les factures étaient payées avant même que nous ne rendions en studio et cela m’a offert la liberté dont je souhaitais bénéficier. Sans avoir forcément un label regardant par dessus mon épaule. Et j’ai fait l’album que je voulais, qui soit plus dans la colère et plus bizarre et plus… Politique ! Et c’est exactement ce que j’ai fait. Honnêtement, je me sentais prêt à retourner en studio tout de suite pour en faire un autre disque de Filter parce que je me sentais tellement bien avec ça. Mais je dois tourner, je dois faire ce genre de choses, que l’album mûrisse de manière à ce que chacun en profite jusqu’au bout, tu vois, s’assurer que tout le monde puisse en retirer quelque chose, les ingénieurs, les gens du label qui ont bossé comme des dingues sur la sortie même et je veux encore le faire pour une autre année, le promouvoir,…

“Plein de groupes se revendiquent comme heavy et parlent de la mort mais moi, je fais dans le réalisme.”

Cet album sonne plus que jamais comme un retour aux sources et j’en suis plutôt heureux, pourquoi avoir décidé cette approche ?

Richard : Les deux derniers albums de Filter étaient très orientés guitares, en termes d’écritures, les couplets… Et j’étais fatigué de travaille dans ce moule et je voulais que ce soit plus libre, du style cassons ça, par exemple avec “Mother E” qui me voit répéter encore et encore les mêmes paroles avant de crier ce refrain et j’adore ça car c’est différent de ce que je fais et c’était très important pour moi d’y revenir… J’adore vraiment dire les choses telles qu’elles étaient. “Mother E” parle d’une fusillade et 99% de nous sommes de bonnes personnes, on ne veut blesser personne, on ne veut tuer personne. Je ne connais personne qui ait tué, à moins d’avoir fait l’armée en Irak et ils se sentent horribles vis-à-vis de ça, mais à quoi peut bien penser ce mec quand il décime des gamins dans une école ou tuent des personnes parce qu’elles sont noires, je veux comprendre cette folie, j’ai donc écrit “Mother E” parce que j’imagine que ça doit sonner comme ça… Quelqu’un doit écrire à propos de la folie. Comme Trent (Reznor), je l’ai déjà dit dans un autre magazine, qui parle de souffrance personnelle, Kurt (Cobain) parle de l’apathie et moi, j’évoque la folie, et pour être honnête avec toi, plein de groupes se revendiquent comme heavy et parlent de la mort mais moi, je fais dans le réalisme. Comme le cas Budd Dwyer qui a tenu une conférence de presse et s’est fait sauter la tête. La chanson “Hey Man Nice Shot” traite de cet événement. ÇA ! Tu vois ce que je veux dire… Pourquoi a-t-il fait ça ? Et qu’est-ce qu’il essayait de prouver ? Et c’est ce que je trouve intéressant, la vie réelle est tellement plus effrayante qu’un monstre sur un album d’Iron Maiden ou Disturbed. Je ne veux pas donner l’impression de dire du mal de ces groupes mais pour moi, c’est comme un dessin animé. Et je n’aime pas les dessins animés. J’aime le photojournalisme.

 

Richard, président.

D’ailleurs, durant le concert de ce soir, tu as évoqué les Prophets Of Rage et selon moi, tu as raison, la musique a besoin de plus de groupes activistes, comme tu peux le faire ou Refused en Europe, et je ne comprends pas pourquoi certains groupes, plus jeunes, ne s’y mettent pas comme a pu le faire les Rage en leur époque.

Richard : L’argent ! Ils ne vont jamais dire s’ils sont républicains ou démocrates, là où Bruce Springsteen peut se permettre de dire “je t’emmerde Donald Trump, je ne veux pas que tu utilises mes chansons”…

[Son téléphone se met à sonner, j’autorise Richard à répondre si nécessaire… Sa femme se marre en apprenant qu’il est en pleine interview. On discute un peu famille, il me montre une photo de ses deux enfants en attendant de les rappeler.]

Comment penses-tu que la musique puisse changer les choses ? Comme dans le cas de Trump ?

Richard : La conscience ! Tout le monde doit être conscient, cela doit être dans chaque film aussi… Même dans “Star Wars” (ndr : Richard est un gros fan de la saga), même dans les mauvais “Star Wars” comme “La Revanche des Siths”, il y a ce passage “et voici comment meurt la démocratie, sous un tonnerre d’applaudissements” (changeant de voix pour une tonalité plus en adéquation), “si tu n’es pas avec moi alors tu es mon ennemi” ce genre de dialogue poussif, cela parle de la politique de Bush.
C’est la même chose avec “Avatar” évoquant ce nouveau monde qu’on détruit pour ses ressources, c’est le dernier film dont je puisse me souvenir sur ce point. Je pense que l’on peut avoir de paroles comme les chansons de Justin Bieber où il évoque à quel point il est malade d’amour et bon sang qu’il est bon pour ça ! C’est un talentueux et séduisant jeune homme si tu es superficiel et que tu veux te sentir bien… avec ce genre de chanteurs qui prétendent être des bad boys et que tu ne veux pas être embêté par les news du jour, putain, va donc voir Bieber mais si tu veux te sentir en colère, rends-toi à un concert de Filter, ce n’est pas de la détresse personnelle ou toute autre connerie inventée, il y a tellement d’apprentis rockstars pensant qu’ils vivent… des périodes noires. J’ai fait des recherches sur cette noirceur, j’ai conscience de la guerre, je suis allé en Irak 5 fois, je comprends la noirceur, j’ai failli mourir à cause de l’alcoolisme et ce genre de choses. Un auteur se doit d’avoir une expérience de vie, j’ai 48 putain d’années, j’ai suffisamment vécu afin de faire entendre ma voix. Je pense que les gens ont droit à leur chance. Voici mon programme électoral :
1 – Soyez cools avec les autres.
2 – Soyez cools avec la planète.
3 – Tout le monde mérite sa chance.
Si vous donnez à quelqu’un sa chance, cela serait mieux pour tout le monde et contribuerait à faire un monde meilleur. Mais personne ne souhaite faire ça avec tous ces trous du cul parlant de leur bling bling, leur argent, leur putain de bagnole et autres conneries. J’avais une part de cette arrogance avant le 11 Septembre…

Filter_RichardPatrick_Credit_MyriamSantos

(Je l’interromps un peu) Alors comment penses-tu que Donald Trump cache ses yeux de fou puisque le titre “Crazy Eyes” évoque tous ces malades américains ayant perpétré des tueries (et qui auraient des yeux de malade sur leurs photos).

Ho, il n’est pas fou ! C’est juste un raciste ! On a pourtant appris à travers l’esclavage, avec une énorme guerre civile, on a eu la ségrégation, le sud des États-Unis est toujours raciste et maintenant, il y a cette nouvelle cible tu vois ; les pauvres. Qui, pour une raison, sont le problème. Les immigrés illégaux. Pas les entreprises ! Pas les putains de pollueurs ! Pas l’industrie du pétrole, “CE SONT LES MEXICAINS” ! Je n’y crois pas, c’est une arnaque, et s’il se prenait une balle…

The Shining.

Dernièrement tu as travaillé sur la bande-sonore du film True Crimes, peux-tu nous dire comment tu as l’as abordée, j’imagine que c’était assez différent d’un album de Filter…

Richard : Et bien, j’adore le cinéma…

D’ailleurs, je sais que tu es un énorme fan de Star Wars, c’est toi qui avais choisi le legging Star Wars d’Ashley ce soir ?

Richard : (Se marrant) Ho non, elle adore “Star Wars” aussi. En fait, mon père m’a fait voir un film appelé “The Shining” en 1979 et j’ai été soufflé par la bande-son et j’ai donc commencé à faire ce genre de bruits sur ma guitare et j’ai fini par mettre ça dans un coin de ma tête, j’aimerais faire une BO pour un film épatant et nous y voilà, à 48 ans. J’adore Filter, j’adore tourner mais j’aime aussi être à la maison et quand tu travailles sur un film, j’ai juste à me rendre au bout de la rue pour travailler dans mon studio et ensuite, je peux rentrer chez moi et passer un peu de temps avec mes enfants…

“Je veux faire des choses plus sombres, des films plus sombres plus modestes que “The Social Network”…”

Comme l’a fait Trent en stoppant Nine Inch Nails car il en avait marre de tourner pour chanter encore et encore les mêmes titres…

Richard : Et bien, il a commencé à faire certaines choses et ces choses semblaient pas mal tourner autour de l’ordinateur et je peux chanter… Moi, je veux faire des choses plus sombres, des films plus sombres plus modestes que “The Social Network” et il ne s’agit pas d’ordinateur pour moi. C’est effectivement quelque chose que nous avons en commun, de façon évidente, et merci Trent d’avoir ouvert la porte dans ce domaine à d’autres musiciens, surtout en ayant été dans son groupe et tout… S’il y a une quelconque inspiration derrière, merci Trent mais “True Crimes” est un film très sombre dans lequel Jim Carrey n’est pas drôle. C’est un drame, un policier. J’ai travaillé avec Tobias Enhus, qui est mon partenaire, et doté d’une grande expérience. Les faits font que j’ai déjà 5 ou 6 hits, je sais comment “connecter” les personnes, avec en plus, une certaine versatilité en moi, je veux dire, j’ai fait “Hey Man Nice Shot” et 2 – 3 ans plus tard, c’est “Take A Picture” qui est complètement différent. Je vois un certain avenir dans la composition pour film et je pense qu’une fois que les gens auront vu ce film, ils se diront qu’on a réussi…  Je pense vraiment que mes fans vont aimer.

C’est d’ailleurs la première fois que tu composes pour un film là où d’habitude tu étais plutôt cantonné aux bande-sons originales.

Richard : Ouais, c’est vrai. J’ai du mal à croire que même pour le film “Gatsby le Magnifique”, les gens demandent “où est la chanson de Filter” ?

Tu parlais du fait que les gens ne veulent plus payer pour de la musique et en même temps, beaucoup de musiciens se plaignent de Spotify…

Richard : Ouais, il a fallu Taylor Swift pour que ça ait une portée…

Mais de mon côté, je vois régulièrement passer des news évoquant le fait que les labels s’en mettent, eux, plein les poches grâce à des stock options dans les services de streaming alors que les musiciens n’en touchent rien…

Richard : Oui, ce sont ces ordures qui détiennent les labels. Je vais te dire, je n’ai jamais vu une thune de ces services. La seule chose dont je perçois de l’argent, c’est Youtube.

“Personne ne paiera un putain de musicien à partir de maintenant…”

Est-ce que tu penses qu’il y a un futur pour ces services dans ces conditions ?

Richard : Personne ne paiera un putain de musicien à partir de maintenant. Les seules personnes prêtes à investir de l’argent, sur internet, sont chez Pledgemusic. Et ces mecs, je leur tire mon chapeau à tous ces mecs derrière Pledge, j’ai fait du mieux que j’ai pu et j’ai fait un disque basé sur… Tu sais qu’on a des rapports hebdomadaires ? En ligne. uniquement les artistes peuvent le voir et cela disait que les gens avaient aimé “Take Me To Heaven” mais quand ils ont entendu “Mother E”, ils sont devenus cinglés ! Je me suis donc dit “Haaaaaa, je suis donc autorisé à retourner à mon naturel barré” et même si les mecs en costard ne le captent pas, mes fans ont compris et on n’avait plus besoin de prendre de gants…

D’ailleurs, les critiques sont assez positives pour l’album, tu sembles donc avoir fait le bon choix !

Richard : Tout le monde me disait tu es sûr de vouloir sortir “Mother E” en premier ? Et moi, je leur disais “mais vous ne comprenez PAS”. La colère et la putain de folie sont ce que les gens veulent de moi. Les gens peuvent avoir “Take A Picture” ou encore “It’s My Time” mais ils veulent le plus timbré de moi, ils ne veulent pas de la rage du joyeux, vivons ensemble, putain de père de famille marié avec du succès et je veux être ce mec cinglé pour eux, car j’aime l’hystérie, la folie, j’ai eu mes propres soucis de drogues et d’alcool, je peux en quelque sorte expliquer ce monde cinglé aux personnes normales et peut-être même aider les autres fous.

Dernière question, en tant que fan de Star Wars et parce que tu as un frère qui bosse à Hollywood, t’as pas essayé de te faire pistonner pour participer aux prochains Star Wars ? T’as forcément des contacts pour ça…

Richard : À vrai dire, via un ami, je pourrais potentiellement travailler avec Oscar Isaac (ndr : Poe Dameron dans Star Wars 8). Et je pourrais peut-être lui dire que je veux jammer avec lui puisqu’à la base, c’est un musicien. Et peut-être que nous pourrions trainer ensemble pour envoyer, ce qui me permettrait de lui dire un peu plus tard que je suis un énorme fan de la saga.
J’espère qu’il ne lira pas cette interview, même s’il le pourrait puisqu’il voyage aussi pas mal !

Merci pour cette interview Richard !
Merci aussi à Frank (du label) et Brian (le tour manager) pour cette rencontre !

 

ENGLISH VERSION

 

Listening to Filter since the 90’s without being able to see them on stage, I took the opportunity to ask for the whole package, live report, photos and interview. Despite my professionnal duties, their tour manager had the kindness to organise it after Combichrist’s performance. So I had the pleasure to meet Richard Patrick in his tourbus.

So we were talking about the fact you didn’t come in Europe for a while (in fact only 3 years but more if we’re talking about Belgium or France), how did this tour finally happen ?

Richard : This tour was put together by Andre from Combichrist… Their record company, there is this really enthousiastuc man named André , he askd us to go on tour with Combichrist and I thought that was a great idea.

You did a lot of change with this album, first one, the musicians, can you tell us more about them and how you did involve them into your creative process for this Filter record ?

Richard : Basically, the first three songs we did were “Your bullets”, “Nothing in my hands” and “Head of fire” and it was pretty much business as usual with my friend Johnny Radtke who plays some guitars and then wrote a couple of parts and we kinda have the basis for the record, and then I met this kid named Oumi Kapelo who plays guitar and who tourned out to be a good writing partner as well a good engineer so I worked with him on the rest of the record. And Ashley, and Chris, and Bobby were folks that just were floating around from the last tour and I was like “let’s stay together long enough to put a record out and see what happens”…

 

Then you decided to change a bit the way you were doing your records, you did a PledgeMuic campaign, I suppose you did get more freedom about that, why did you move on to that kind of…

Richard : Well, Pledge, you know, record companies are being decimated by the fact is that actually no one wants to pay for music, that’s a sad fact… The Pledge community helped to do it here. At first, I thought it was like begging, stuff like that but with PledgeMusic that’s different, cause they’re fans and they’re pledging to buy the record before it comes out but “here’s my money now so we can go make it”. So we ended up to make a ton of money…

Great !

Richard : You know, bills are paid… Bills were already paid even before we went to the studio and it gave me the freedom I wanted. And I didn’t necessarily have a record company breathing down my neck. And I did the record I wanted to make which was angrier and weirder and more… political and that’s exactly what I got. I honestly feel like I wanna go right back and make another one cause I felt so good where I was at, with what we were doing. But I’ve got to tour, I’ve got to do stuff like that, let this Filter record mature so that everyone can make money from it. It’s really down to the bare bones, you know, makin’ sure that people can be fed like engineers, record company people who work their ass off and I want to see it through at least another year, promoting it,…

“A lot of bands say they’re heavy and talk about death but I’m into realism. Like REALISM.”

This record sounds like a “back to the roots” and I was really happy about that, why did you take that turn ?

Richard : The last two Filter records we did, were guitar orientated, songwriting, you have to go verses… and I just got really tired of that mold and it was way more free, like let’s break it, like “Mother E” with me repeating the same thing over and over and I scream this chorus and I love that cause it’s different from what i’m doing and taht was really important to me, to get back… “Mother E” is about a mass shooting and 99% of us are good people, we don’t want to hurt anyone, we don’t want to kill anyone. I don’t know anyone that killed somebody unless they were in the army in Iraq and they feel horrible about that, but what is that one guy thinking when he’s mowing down children at a preschool or shooting people because they’re black, I want to understand that insanity so I wrote “Mother E” cause I guess this is what it sounds like… Someone has to write about insanity… Like Trent (Reznor), I said it in another magazine but Trent is about self misery, Kurt Cobain is about apathy and I’m into crazy, insanity and to be honest with you, there are a lot of bands that say they’re heavy and they talk about death but I’m into realism, like REALISM. Like Budd Dwyer who held a press conference and blew his head off and that was “Hey man nice shot” was about. THAT ! You know what I mean… Why did you do that and what did he try to prove ? And that’s what I think is interesting, real life is much more horrifying than a monster on Iron Maiden record or Disturbed record, you know what I mean. I don’t mean to slag ‘em, it’s like a cartoon, I don’t like the cartoons. I like photojournalism.

 

 

Richard for president.

During the gig, you were talking about The Prophets Of Rage and to me you’re right, we need more activists in music, like you’re doing it, or Refused in Europe, and I don’t understand why younger bands don’t step up and do it too, I mean why ?.

Richard : Money ! They don’t even say if they are republicans or democrats, Buce Springsteen will say “fuck you Donald Trump, I don’t want you to use my song”…

How do you think music can help to change things about Trump for example ?

Richard : Awareness ! Everybody’s got to be aware, it’s got to be in every movie… Even in Star wars, you know the bad star wars, “Revenge Of The Sith”, there is ths thing “and that’s how democracy dies, with thunderous applause” (changing his voice) “If you’re not with me, then you’re my enemy”, that kind of clunky dialogue, it’s all about Bush.
It’s the same thing with Avatar talking about this new world they’re destroying for their resources, it’s the last one I can think about, those are the last movies I can think about in our current times. I believe you can have lyrics by Justin Bieber where he talks how he’s lovesick and boy, he’s great at it. He is a really great talented handsome singer if you’re shallow and you just want to feel good about… singers who pretend to be bad boys and you don’t want to be bothered with today’ news, fuckin’ go see Justin Bieber but if you wanna feel anger, go to a Filter concert, it’s not some self misery or whatever made up bullshit, there are so many pure wannabe fuckin’ rockstars that think they’re livin’ in some… dark times. I’ve researched dark times, I’m aware of war, I’ve been to Iraq five times, I understand darkness. I nearly died suffering of alcoholism and stuff. A writer has to have life experience, I’m 48 fuckin’ years old, I’ve lived on this bal enough time so I can voice my opinion.. I believe that people deserve a fait shot, here’s my liberal agenda :
Number 1 – be cool to each other,
number 2  – be cool to the planet,
number 3, everyone deserve a fair shot.
If you give someone a chance and try to help them, it might be harder than throwing ‘em in jail. It would be better for erveryone if we’d try to make the world a better place. And no one wants to fuckin’ do that with all those assholes running around talking about their bling, their money and their fuckin’ cars and their bullshits. I had a bit of that arrogance before 9/11…

Filter_RichardPatrick_Credit_MyriamSantos

So can you tell us how Donald Trump is hiding his “crazy eyes” ?

Ho, he’s not crazy ! First, he’s straight up racist ! We have learned through slavery, with a huge civil war over it, we had segregation the south is still racist and now there’s a new target you know. The poor, for some reason, are the problem and immigrants, illegal immigrants… But NOT the corporations, NOT the fuckin’ polluters of the sea, NOT fossile fuel industries, it’s THE MEXICANS ! I just don’t buy it, I think it’s a scam, if he got shot in the brain…

The Shining.

Lately, you’ve been working on a soundtrack movie, “True Crimes”, can you tell us how you’ve been working on that kind of project ? I guess that was quite different to do than a Filter record…

Richard : Well, I love movies…

I know you’re a Star Wars fan, did you chose Ashley’s leggings tonight ?

Richard : (laughing) ho no, she loves star wars too..
Listen, my dad showed me a movie called “The Shining” in 1979 and I was blown away by the soundtrack and I started to make sounds like this on my guitar, and so I put that at the back of my head, I would like to make the music for an amazing film and here we are, I’m 48 years old, I love Filter, I love touring but I also love being at home and when you’re working on a movie, I’m just going down the street to go work in my studio and then I come home to spend some time with my kids…

“I wanna do like darker, heavier minor movies than “The Social Network”…”

Like Trent did when he stopped Nine Inch Nails cause he was fed up touring the same songs over and over again…

Richard : Well, he started doing some stuff and his stuff seems like it was about the computer and I can sing like… I wanna do like darker, heavier minor movies than “The Social Network” and it’s not about the computer for me. It’s honestly something we both have in commun, obviously, thank you Trent for fuckin’ helping open the door for other musicians can break into this, especially the fact that I used to be in his band and everything so… If there was any inspiration behind, thank you Trent but “True Crimes” is a very dark movie in which Jim Carrey is soarin in, he’s not funny. It’s a serious drama, police drama. I have worked with Tobias Enhu, he is my partner who has a ton of experience… The fact is I had 5 or 6 hits, I know how to connect people on certain levels. Plus the fact I have a certain versatitlity in me, I mean there was “Hey man nice shot”, 2 or 3 years later it’s “Take a picture” which is totally different. I see a future in scoring film and I think that’s once people will see this movie, they’ll realize we did it…

That’s the first time you’re scoring a movie, mot of the time you were stuck to original soundtracks.

Richard : Yah, that’s right. I can’t believe even for “The Great Gatsby”, people are like “where’s the Filter song” ?

A lot of musicians are complaining about Spotify…

Richard : Yeah, it takes Taylor Swift to complain about it.

But I read, on a regular basis, news about that major labels who are making money over it, taking stock options but musicians don’t see that money…

Richard : That’s those scumbags that fuckin’ own the labels… I didn’t even see a fuckin’ dime. The only thing I saw money from was Youtube !

“Someone is not going to pay a fuckin’ musician from here on out.”

Do you think there’s a future with this kind of services ?

Richard : Someone is not going to pay a fuckin’ musician from here on out. The only people that were willing to fuckin’ put their money where their mouth was, on the internet, was pledge dot com ! And those guys, hats off to Pledge and all the people that got behind it, I did the best I could and I made a record that based on… You know you got a weekly report ? Online, only to the artists and it says people really liked “Take Me To Heaven” but when you played a bit of “Mother E”, they went BONKERS ! So I was like “aaaaaah, I’m allowed to go back to my normal craziest side” and even now the suits don’t get it, my fans get it so it was like the gloves were off…

 

And the critics are great about this record, so you did the good move !

Richard : They all were like are you sure you want to put “Mother E” first ? And I’m like “You don’t get it !” Anger and fuckin’ crazyness are what they wanted from me. They’ll take “Take a picture”, they’ll like “It’s my time,” the piano song but they want nutter, they don’t want the happy, together, fuckin successfull maried with children rage, and I want to be that crazy guy for them cause I like hysteria, I like insanity, I had my own issues on drugs and alcohol, I kinda can explain this crazy world to the normal persons and maybe help the other crazies !

Last question, as a huge Star Wars fan and because of your brother working in Hollywood, et parce que tu as un frère qui bose à Hollywood, did you try to do something so you can be on thos new Star Wars movies ?

Richard : I actually, through a friend, have a connection that I might, like work on, with Oscar Isaac (Poe Dameron in Star War 8). I might tell to Oscar I wanna jam with him because he’s a musician and maybe we could hang together and rock out, and maybe tell him I’m a huge star wars fan maybe that’ll come out later !
I hope he doesn’t read that interview but he might cause he’s a world traveler !

Thank you for your time Richard !

Richard : You got it, man !

Thanks again to Frank and Brian for this valuable interview.