Votre mot de passe vous sera envoyé.

Tu as sûrement entendu parler, c’est LE documentaire du moment, le témoignage ultime sur l’un des sportifs les plus mémorables de tous les temps : Michael Jordan et sa dernière saison sous le 23 des Chicago Bulls.

Quasiment 4 heures de musique habillent les 10 épisodes de la série en passant ce qu’il y a de plus classe en rap East et West Coast US mais aussi quelques pépites comme FatBoy Slim, l’indispensable titre de Alan Parsons Project ou un “Present Tense” de Pearl Jam magnifiquement placé. Le tout est dans cette playlist officiellement publiée par Netflix.

Pourquoi PJ ? Hormis le fait que le groupe est incontournable aux US, la bande est fan de basket. Leur premier nom est Mookie Blaylock, nom d’un joueur NBA des années 80/90 avant que celui-ci ne s’y oppose. Grande ville de ce sport avec les Seattle Supersonics présent en finales contre les Bulls en 96/97, il s’avère que l’un de leurs fans les plus populaires est Dennis Rodman. Connu également pour avoir empêché le suicide du joueur ayant repris ses esprits en écoutant du Pearl Jam sur l’autoradio de son pick-up, juste avant d’appuyer sur la détente de son revolver. D’autres anecdotes sortent récemment avec l’histoire d’un Rodman ayant pris Eddie Vedder sous le bras pour un aller-retour fissa pour aller voir Jane’s Addiction jouer à Las Vegas. Une histoire qu’il a raconté à la sortie de Gigaton dans le podcast de Bill Simmons. On rappelle qu’en natif de Chicago, Vedder était aux anges avec les titres des Bulls et s’est déclaré retraité de sa passion de basket à la retraite de MJ.