Votre mot de passe vous sera envoyé.

Le mois de septembre est dans une quinzaine de jours, la canicule se calme mais tu t’en tapes : au bord de la piscine et la main sur le slip de bain, tu as toujours le temps pour ces 3 disques. Des vieux qui ne le seront jamais et des jeunes qui sonnent comme des vieux, voilà donc le résumé de notre sélection de la semaine.

Iggy Pop & Underworld- Tea Times Encounters :

4 morceaux pour Iggy Pop et les vieux d’Underworld pour Tea Time Encounters. Sur “Bells & Circles“, le parrain raconte comme c’était agréable de fumer dans les avions, de draguer les hôtesses sur un rythme aussi épileptique et répétitif que “Born Trippy“. Les trois autres titres sont moins secoués mais assez varié dans le délire pour être une curiosité aboutie. Assez minimaliste côté son, introspectif et autobiographique pour la voix, ça s’écoute plutôt bien et c’est à ranger dans les bonnes collabs d’Iggy.

Moaning – Moaning :

Connu via une première partie pour Preoccupations à la Maroquinerie, Moaning est une jeune signature Sub Pop venant de Los Angeles. Enervés sur scène, ils déroulent ici un son très sec et mélancolique avec des références à Sonic Youth dans les guitares saturées et triturées, le shoegaze et plein d’autres trucs parfois trop appuyés qui font que le disque tourne vite à vide. N’en reste pas un album très pop dans son genre dont on te conseille l’écoute complète avec une préférence pour “Misheard” et “Somewhere In There“. Ils seront au Supersonic le 29 Août à Paris et comme d’hab, c’est gratuit !

Flasher – Constant Image :

Depuis leur premier EP en 2016, Flasher est cité comme une des pépites de l’indé US. 2 ans après et une signature chez Domino en prime, Constant Image a assagi le son de ses auteurs et on y retrouve une légèreté assez éloigné de la tension qui les caractérisaient. Ce n’est pas mauvais du tout mais on s’attendait à autre chose. A part “Skim Milk“, on recommande surtout leur EP initial que l’on trouve plus condensé, intense et essentiel. A tel point qu’une écoute rapide nous pousse à une chronique future. Flasher sera à l’Olympic Café à Paris pour 10 petits euros le 14 novembre.