Plus de deux après la tragique mort de Kurt Cobain, il fallait bien dépouiller le cadavre de Nirvana tant qu’il était encore vivant pour des milliers de fans, ne pouvant toujours se résigner à la disparition de l »icône du grunge‘. Nous voici donc en 1996, et la maison de disques Geffen fait paraître ce fameux témoignage live alors très attendu, devant à l’origine accompagner le concert acoustique de MTV, mais dont la sortie a finalement été repoussée un couple d’années plus tard.

Choisis au milieu de centaines d’enregistrements de différentes époques en concert par Dave Grohl et Krist Novoselic, anciens compagnons de Kurt lors de l’aventure nirvanesque, ces 17 titres font revivre le trio de Seattle le temps d’un album posthume. Et qu’en dire ? Que du bien… On démarre avec ‘School‘, titre aux riffs bien crades qui rappellent la belle époque du premier opus de Nirvana, ‘Bleach‘. Un sublime ‘Drain You‘ suit alors, puis on a droit à l’inédit ‘Aneurysm‘ joué avec beaucoup de talent, avant un ‘Smells Like Teen Spirit‘ exécuté à la vitesse de la lumière, un peu frustrant donc, malgré une patate énorme du groupe… un petit ‘Lithium‘ de bon cru et on rechute dans les compos époque 89-90, pour le bonheur des puristes. Et il faudra attendre le magnifique ‘Heart-Shaped Box‘, joué avec Pat Smear, pour espérer l’accalmie de décibels. Suivent les énervés ‘Milk It‘, ‘Negative Creep‘, ‘Polly‘ et surtout ‘Breed‘, une des tracks les plus représentatives de l’esprit scénique de Nirvana. ‘Tourette’s ‘ joue les compos punk tandis que ‘Blew‘ ferme moyennement les hostilités.

Voici donc un skeud de très bonne facture, en somme, même si on aurait bien aimé un tube ou deux de plus, un petit ‘Rape Me‘ ou encore un savoureux ‘In Bloom‘ n’auraient pas été de trop, au milieu de cet album qui laisse la belle part aux compos de début de carrière du groupe ou aux inédits… Bref, un peu plus de fraîcheur aurait été souhaitable, mais ce CD reste une bonne référence, pas indispensable cependant, pour tout bon fan de rock.