Pas la peine d’en faire des caisses en rajoutant du superlatif à tour de bras, ce Microfilm nouveau, sorti en fin d’année dernière, est juste une des meilleures parutions française de 2009, sinon carrément la meilleure. On reprend ici la formule bien connue, post-rock inspiré et extraits sonors de films, agrémentée de quelques touches pop. La maîtrise est là. Les Poitevins savent y faire, et le prouvent une fois de plus ici. Jolies mélodies, extraits bien choisis, ambiances magistralement créées, on en reveut à chaque fois.

On passe de joies simples ‘State & Island’ ou le merveilleux ‘The bay of future passed’ à des titres un plus sombres comme ‘Blood sample’, ou bien ‘Devant nous, rien’, témoignage plus que poignant d’un ouvrier de chaîne chez Peugeot, qui nous décris sa chaîne, sa vie comme on pourrait décrire la violence de la société actuelle. Son récit est juste bouleversant et reflète à merveille la magnifique époque dans laquelle nous vivons. Magistral. Et puis toutes ses références, comme un casting sur fond musical, un voyage cinématographique autant que musical. Superbe.

On passe d’une atmosphère pesante à quelque chose de plus léger sans transition, comme dans la bande son de tout bon film qui se respecte, et on se dit en fait après l’écoute de ce The bay of future passed qu’on est déjà impatient d’être à la prochaine séance, et que si devant nous, il n’y a quasiment rien, devant eux, c’est grand ouvert.