The Real Mckenzys sont des vieux de la vieille. Ils faisaient déjà du celtic punk quand le mur de Berlin était en train de tomber, c’est dire. Une longévité digne d’un Lagwagon et pourtant une notoriété restreinte par rapport à d’autres groupe apparus plus récemment. Il faut dire que les choix de chacun d’entre eux les ont avantagés: Flogging Molly a rendu sa musique plus accessible et plus festive, tandis que Dropkick Murphys pond des chants de supporter pour entretenir son noyau de fan neo nazis. The Real McKenzies, eux ont préféré écumer les endroits qu’ils préféraient: les bars. D’ailleurs, c’est là qu’on les retrouve pour ce ‘Shine Not Burn‘, captation d’une de leur improbable beuverie.

Oui, vous vous en doutiez, nos saltimbanques sont des alcooliques notoires. Ils passent d’ailleurs un bon tiers du concert à chanter leur amour de la biture (‘Drink the way I do‘, ‘Ten thousand shots‘, ‘Whisky Scotch Whisky‘…) Du coup, quand leur leader Paul McKenzie affirme ‘My favourite thing to do in my old age: getting fucked up on alcohol’, on a envie de le croire. Le bon point, c’est qu’ils ont l’alcool taquin: ça beugle, ça se marre et ça se siffle à tout va entre les chansons (voire pendant), ça fait plaisir à entendre.

Bonne idée pour ce live, c’est un show acoustique qui a été choisi, ce qui nous permet d’apprécier le son folk tonique d’origine écossaise contrôlée. Les titres sont courts (rarement plus d’une minute trente) simples et efficaces. Chose toujours amusante chez les groupes de punk, c’est qu’à force de faire des concerts dans tous les pires coins possibles, ils finissent par savoir jouer de leurs instruments. Ainsi, même s’ils ont l’air passablement cuités, les morceaux sont en place et sonnent bien, que ce soit avec le concours d’un harmonica (‘Ten thousand shots‘), d’un violon (‘Best day until tomorrow‘), d’une guitare soliste (‘Get lost‘) ou d’une imposante cornemuse.

Même s’il est loin d’être inoubliable tant les plans qu’on y retrouve sont classiques, ‘Shine not burn‘ fait passer un bon moment. On tient là un disque idéal pour les vidages de binouzes entre potes. Cheers, mates !