Comme tout bon disque qui se respecte, ça débute par un grand titre : ‘Ever Lasting Light‘ est un blues glam et sexy tout droit sorti de la tête de personnes ayant eu la bonne idée d’écouter en boucle T-Rex. Riff, choeurs, rythme, on se croirait dans ‘The Slider‘. Ce groupe est de toutes façons une espèce en voie de disparition, un groupe qui atteint graduellement de plus en plus de reconnaissance critique et publique en ne faisant rien d’autre que sortir d’excellents disques. A la dure. Ce n’est pas une révolution, même pas une évolution, juste un pas en avant. Une première moitié groovy, une seconde remplie de blues hantés, plein d’idées qu’elles soient rythmiques ou mélodiques et des titres que les petits malins qui font les bandes-sons des reportages à la con genre Zone Interdite ou Maison à Vendre vont user jusqu’à nous les user (le sifflement de ‘Tighen up‘, entre autres). ‘The only one‘ et d’une manière générale toute la deuxième moitié du disque malgré un ou deux titres peut être superflus réussit ce que les Dead Weather foirent systématiquement sur leur titres bluesy, à savoir être à la fois soul sombre et sexy. En cela ce disque en plus d’être infiniment cool est un album labellisé idéal pour emballer voire shagging record. Si vous vous demandez ce qu’est de la bonne musique, ne cherchez pas plus loin.

Ceci est un très bon album de The Black Keys et le nom de ce disque est ‘Brothers‘.