Depuis une petite dizaine d’année Russian Circles fait son trou – au moins dans nos mémoires – avec son rock instrumental épuré et faisant la part belle aux guitares. Leur dernier album en date ‘Empros‘ marquait une sorte d’apogée avec des compos intenses et un son agressif. Pour le coup, la donne a aujourd’hui bien changé, voire a fait demi-tour. ‘Memorial‘ est sage et propre là où son prédécesseur était nerveux et abrasif.

Alors certes, le coté métal de Russian Circles est bien encore présent notamment avec ‘Burial‘ musclé ou un ‘Deficit‘ un brin Tool-esque. Mais ces titres ne convainquent qu’à moitié, parce que malgré la pureté du son et le déchainement des guitares, ils suivent un chemin tout tracé qui ne réjouira que les inconditionnels du style.

Les autres titres ont une orientation post rock plus classiques, avec un riff qui tourne à l’infini, des paliers d’intensité progressifs et des sonorités plus douces (guitare acoustique et reverb). Pourquoi pas, surtout que comme d’habitude chez Russian Circles c’est techniquement irréprochable et qu’ils ont assez d’expérience pour qu’on ne s’emmerde pas trop. Mais le gros souci c’est qu’on ne s’enflamme jamais sur ces titres. Les morceaux de Russian Circles savent normalement nous réserver des instants magiques où la tension est telle qu’elle se transforme en une transe béate … Ici on lévitera quelques instants sur les envolées Sigur Ros-ienne de ‘Ethel‘, et on relèvera un sourcil en remarquant le chant éthéré de la belle Chelsea Wolf sur le beau mais lénifiant ‘Memorial‘.

On s’attendait à être malmené par Russian Circles façon Isis, mais on ressort de ce ‘Memorial‘ un peu assoupi, comme après un concert de 65daysofstatic : C’est peut être joli, mais ça n’est pas très palpitant. Cette direction nouvelle ne semble pas vraiment judicieuse pour les natifs de Chicago, espérons un rebond pour le prochain épisode.