Votre mot de passe vous sera envoyé.

Passée la joie de l’album en téléchargement gratuit offert par le groupe (qui s’en souviendra dans 6 mois ?) la première écoute de ‘Star Wars‘ a laissé une drôle de sensation. Un petit sourire amer, un soupir qui disait que Wilco a gentiment filé à ses fans 11 inédits mixés à la va vite pour en faire un album sonnant cohérent. Deux écoutes plus tard, c’est un grand sourire de satisfaction, Wilco a frappé un gros coup. Un album court, nerveux, bordélique mais totalement cohérent, mélodieux, une autre face du groupe que celle initiée sur ‘Sky Blue Sky‘, développée sur ‘Wilco (The Album)‘ et magnifiée sur ‘The Whole Love‘. Les 3 idiots qui trouvent le groupe chiant vont déchanter. Ici seuls 2 morceaux sonnent comme le groupe que l’on connait, le reste n’est que riffs, ambiances, délires, joyeux bordel d’instruments sur lesquels les mots de Tweedy s’entrechoquent (‘Random name generator‘, ‘Pickled Ginger‘), les idées fusent (la batterie à l’envers de ‘Where do i begin‘, le chant outré de ‘The Joke Explained‘), les guitares fuzzent (‘Random name generator‘, ‘The joke explained‘, ‘King of you‘, un peu partout) sans que jamais le groupe ne perde de vue son évidence mélodique et ses harmonies toujours plus Beatles (‘Taste the ceiling‘, le très Robert Wyatt ‘Magnetized‘, ‘More…’). En à peine une demi-heure -à part l’ambiant ‘You Satellite‘, rien ne dépasse les 4 minutes- Wilco balaie les cendres du feu de la cheminée autour de laquelle le groupe jouait ses ballades acoustiques en gros pull à col roulé, histoire d’entretenir le faux cliché dad-rock. La voix de Tweedy, pourtant plus belle à chaque album, est maltraitée et mixée en arrière, derrière le mur de guitares (fantastique Nels Cline) et n’arrondit jamais les angles hirsutes de ‘Star Wars‘. Pour son neuvième album, le groupe de Chicago ne montre aucun signe de soumission et fait succéder à la superproduction ‘The Whole Love‘ un contrepied en forme de petite teigne mal rasée, joueuse, taquine tout en continuant à écrire des chansons mélodiquement imparables. Jeff Tweedy a publié 108 chansons ces 10 derniers mois dont 98 avec son groupe, aucune lassitude en vue, aucun nombrilisme à signaler, aucune redite et pire, on en redemande. Qui dit mieux aujourd’hui ? Personne.