Après la signature de Lorna, groupe britanique venu de Nottingham, chez PauseMusic, après avoir été acclamé et diffusé à tout va sur sur les ondes d’Espagne, les voilà qui débarquent en France avec un premier album, ‘This Time, Each Year‘. Sorte de bande sonore de film où les instruments prennent le pas, où les souvenirs reviennent titiller la fibre nostalgique…

Premier choc : le nombre incroyable de membres pour un groupe de pop rock sans trop d’ambitions. Sept personnes qui partagent avec nous leurs talents à la guitare, au piano, aux claviers, percussions, divers sopranos, violon, à la basse, à la flûte, aux saxophones… Sans que tout cela n’ait l’air d’orchestral : les instruments se suivent et s’accompagnent avec une facilité déconcertante pour offrir une musique finalement simple et ô combien agréable à écouter. Parfois, Lorna rappelle Mogwai en plus accessible, parfois le groupe sera plus expérimental en partant dans des envolées instrumentales, la plus flagrante étant dans ‘Flux Capacitor.

Un grand voyage dans la beauté musicale du groupe, sans niaiserie mal placée. Lorna prend le temps d’installer ses mélodies où les notes se distillent une par une, avec un duo vocal qui fait la belle part à l’égalité des sexes : le nonchalant Mark Rolfe et la voix lyrique de Sharon Cohen sont en totale osmose. Parfois, le groupe ira lorgner du côté des sonorités plus pop (‘The Thing That I Most Believe‘, le très single ‘For Hours Light‘), réveillant un peu l’âme apaisée en nous.

Un premier album réussi qui risquera cependant d’ennuyer certains allergiques à un son trop posé. Pour apprécier Lorna, il faudra lancer le disque, s’allonger dans son canapé, fermer les yeux et se lancer vagabonder à ses meilleurs souvenirs d’enfance à la campagne. En tout cas, charmant.