Jusqu’ à maintenant, Tiger Army avait su contenter nos envies, assez minimes on doit le dire, de psychobilly avec deux albums certes très bons. Mais voilà, Nick 13, leader fondateur du groupe, est un homme très intelligent qui sait comment satisfaire pleinement nos envies. Car si ‘Tiger Army‘ et ‘II : Power Moonlite‘ sont très bons, ‘III : Ghost Tigers Rise‘ est lui excellent, de par ses manières à marier psychobilly et rock inspiration 70’s – 80’s, et ce même avec une contrebasse.

Les amateurs de creepers ne sont pas en reste pour autant : ‘Atomic‘ et ‘Swift Silent Deadly‘ sont deux purs morceaux de psychobilly. Mais pour le reste, Nick 13 s’est amusé à brouiller les pistes. Avec la langoureuse steel guitar, ‘The Long Road‘ apparaît comme un très réussi morceau de country alternative ; quand à ‘Sea Of Fire, 13ème titre clôturant le disque, avec son intro où résonne la charleston de la batterie de Mike Fasano, les influences jazzy du groupes sont éloquentes.

Mais là où tout le talent de Nick 13 ressort pleinement, c’est quand celui-ci mêle subtilement au rockabilly une mélodie et toute une rythmique new-wave 70’s, celle que Joy Division, The Cure et The Smiths ont développé jusqu’à la perfection, celle qu’aujourd’hui encore A Fire Inside, grands potes de Tiger Army, mêlent à leur punk-rock énergique.

New-wave et psychobilly : avant tout une thématique commune, le gothico-romantisme, que sublime Tiger Army. Avec sa voix rappelant celle de Davey Havok ( A Fire Inside) et celle du grand Morrissey, Nick 13, songwriter de génie, se permet de tutoyer les plus grands avec des merveilles telles que ‘Rose Of The Devil’s Garden‘ et son break où l’on se met à danser comme le faisait Robert Smith dans le clip de ‘Boys Don’t Cry‘, et ‘Calling‘, véritable chef d’oeuvre comparable, et je pèse mes mots, au ‘Love Will Tear Us Apart‘ de Joy Division.

Amateurs de films comme ‘Donnie Darko‘ et d’ambiances où les chauves-souris se transforment en filles joliment tatouées façon Suicide Girls, cette galette est faite pour vous. Un disque magnifique qui, en dépit d’un digipack classieux, restera sûrement dans l’ombre comme le sont la plupart des oeuvres de genres sous-estimés tel que le psychobilly. Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire pour remédier à cette injustice : join the Tiger Army !