On le dit d’emblée : Khams aime claquer. Une seule claque qui vient en six temps dont cinq d’entre-elles se matérialisant sous la forme de cinq titres tirés de ce maxi intitulé ‘T.O.C.‘, pour ‘Troubles Obsessionels de la Colère‘. La première claque, c’est avant tout le packaging, fait maison au design surleché et qui annonce de grandes choses pour le groupe. Et ensuite, on s’enchaîne les bleus avec ‘Travaille Konsom & Meurs‘ où Khams y balance certes des paroles déjà vues mais qui vont tellement bien avec le genre : celui de la ‘fusion-electro-rock‘. Introduction faite par une petite montée d’adrenalyne suivi de gros riffs destructeurs et scratchs qui vont bien avec, le refrain (eponyme) fait son petit effet. Et ensuite, ça groove, tout simplement : basse slappée, batterie frappée énergiquement et un chant énervé comme on ne l’avait pas vu depuis très, très, très longtemps en France. Résultat : on a la tête qui tourne et on en redemande. S’ensuivent alors une suite de tracks toutes autant efficaces et emplis de rage (qui a parlé des Rage Against The Machine?): ‘Your Gos Is Dead‘, ‘Substitude‘ petit interlude où samples vocaux et electros viennent (faussement) apaiser le rythme plus que soutenu du maxi. Seul le petit riff de gratt’ viendra un peu entâcher le morceau, mais qu’importe, on se rabat très vite sur la basse vrombrissante d”Epidemie Numérique‘ et sur le final franchissant la limite entre le métal et le punk. ‘Pluie Acide‘ arrive pour clôre le cd, distillant ces gouttes brûlantes à tout va, toujours entrecoupées de scratchs. On sent la fin approcher et on se rend compte qu’on en veut encore et toujours plus.

Après ces six baffes qui rappelleront qu’on est tous un peu maso, on ne retiendra finalement que trois chose : Khams est un groupe à suivre de très près, Khams doit vraiment se donner sur scène, Khams a intérêt à sortir un album très vite : la fusion française ne pourrait qu’y gagner.

Je tiens à le préciser, je mets 3, mais le maxi mérite 4, mais il paraît qu’en ce moment, j’ai tendance à surnoter…