Quatres anglais avides de la toute dernière collection automne-hiver Deschiens, un son revival-rock épuré et dénué d’artifices, un chant monotone et linéaire, des mélodies frénétiques et dansantes. On pourrait coller cette ligne d’introduction à n’importe quel groupe en The sorti ces deux dernières années. Aujourd’hui, on écoute The Rakes que certains avaient déjà pu découvrir (et apprécier) en première partie de Bloc Party, que d’autres avaient déjà pu découvrir avec leur maxi ‘Retreat‘.

C’est donc en territoire quasi connu qu’on s’aventure à l’écoute de ‘Capture/Release‘ : les singles ‘Strasbourg‘, ‘Retreat‘ y sont présents. Le reste donne une légère impression de déjà-vu. Non seulement parce que l’horizon musical anglais ressemble de plus en plus à un disque rayé tout droit sorti des années 80, mais aussi parce que The Rakes ont vécu ces années (mais ça, c’est bien). En ressortent donc des titres extrêmements influencés, au point d’avoir l’impression d’écouter une compilation cassette faite après avoir fait le tour d’horizon des radios rock d’époque. Ne pas entendre par là que The Rakes ne s’est pas trouvé, bien au contraire : on apprendra très rapidement à reconnaître après plusieurs écoutes ce son si brut des guitares, ces rythmiques nerveusement binaires… Et malgré plusieurs titres bien foutus (‘Open Book‘, ‘Work, Work, Work‘) on finira toujours par se demander ce que The Rakes apporte de réellement nouveau.

… Finalement, rien de spécial puisque ‘Capture/Release‘ est tout simplement un bon petit album sans prétention et en fin de compte, ça suffit amplement.