Hyperclean est un de ces groupes pop pas franchement joyeux, mais au fond assez réjouissant. De ceux dont les textes sont à la fois mélancoliques et amusants, à la fois beaux et poétiques.

Le désenchantement du quotidien exprimé dans Hyperclean, premier titre e l’album. Un premier album oscillant entre cette pop assez mélancolique, qui entre en contraste avec des morceaux plus racés, voir même typés The Clash, avec Pistolet et l’amusant pop rock Prison, dont l’instrumentaion évoque la vieille pop rock française à la Polnareff pour le côté un peu barré.

Plus rock, avec O Ma Chérie, les Toulousains montrent qu’ils maîtrisent les codes de la Pop rock, qu’ils distillent au long de leur album, sans jamais se répeter ni lasser, le sommet de l’étrange étant atteint avec Les Cygnes, et sa voix trafiquée en mode extra grave.

Hyperclean livre donc un premier album pop fort sympathique et très réussis, où les textes de Frédéric Jean narrent des histoires parfois loufoques Prison, parfois quotidiennes Les Cigarettes, et où la tonalité vacille donc entre pop mélanolique et pop-rock typée anglaise. Fortement recommandable.