Après un premier album enregistré à la va-vite pour fournir du Tryo-at-home aux fans, un second qui bénéficiait d’une production plus poussée mais pas encore suffisamment, ‘Grain De Sable’ arrive avec son son hyper travaillé. Et de là à dire que le groupe perd de son âme, il n’y a plus qu’un pas. A moins que…

Cet album possède quelque chose de marrant. Tenez, pas plus tard qu’hier, un pote passait sa tête à travers la porte de ma chambre pour tomber sur ‘Serre Moi‘ et sortirent de sa bouche ‘Tiens, on dirait du Brassens‘. Là s’ensuivit un dialogue mouvementé selon lequel Tryo virait largement chanson française. Il n’avait absolument pas tord le bougre, car après plusieurs écoutes, une chose saute aux oreilles: le côté french-raggae s’estompe au profit d’une sorte de spectacle audio français. Bon, faut pas déconner, ça reste de la musique mais les passations de vocales se font souvent sous la forme de dialogues comme dans l’excellente ‘Désolé Pour Hier Soir‘ (à défaut de faire l’apologie de l’herbe, on parle d’alcool dans cet album), tout simplement hilarante. Et puis le roots de Tryo reste un minimum présent comme avec ‘Pompafric‘, ‘Ta Réalité‘. Mais ce qui fait aussi la force du groupe, c’est ce côté typiquement festif-abrasif où sont pris pour cible le ‘G8 lascars qui m’saoulent‘, la thrash-tv, les comportements hautains des parisiens, le tout étant subtilement critiqué de façon raisonnée. Impossible donc de tirer facilement sur Tryo. Peut-être que ce côté chanson française ne pourra plaire à tout le monde, mais comment ne pas se sentir zen en écoutant la rafraichissante ‘Ballade en Forêt‘, ou se sentir valser sur ‘Apocalypticodramatic‘, chanson à la sauce Yann Thiersen ? Et ce ‘Pompafric‘ rappelant vaguement un certain monsieur M entrainant…

Nan vraiment, Tryo signe ici un troisième album qui surprend agréablement. on ben c’est reparti pour des vacances à la sauce Tryo.