Votre mot de passe vous sera envoyé.

Arrivés directement dans la cour des grands, grâce au soutien de Matthew Heafy de Trivium, les nouveaux venus de Sanctity frappent tout de suite fort en signant leur premier album, ‘Road To Bloodshed‘, chez Roadrunner, et s’offrent rien de moins que l’extraterrestre Jason Suecoff (Trivium, Chimaira, God Forbid) à la réalisation et les doigts de fées de Colin Ridcharson (Machine Head, Chimaira, Fear Factory) au mixage. Au premier abord, ça donne envie… malheureusement, les choses se gâtent un peu quand on arrive à la pratique…
Car dans l’ensemble, cet album laisse une impression bizarre. C’est pas qu’il soit complètement dénué de bons moments, au contraire, mais le tout ne bénéficie pas d’une vraie unité et originalité. On ressent bien ça et là l’influence de certains groupes : Metallica (‘Beneath The Machine‘), Megadeth (‘Zeppo‘) (chose plutôt sympathique en soi !), une petite intro à la Fear Factory dans ‘Laws Of Reason‘. Jared Maceachern nous se livre même une petite interprétation Alice In Chains-esque sur ‘Brotherhood Of Destruction‘ et au milieu de ‘Seconds‘ (ce qui est loin de me déplaire). ‘Shape Of Thinfs To Come‘, quant à elle, n’est pas sans rappeler non plus un peu de Mudvayne dans la voix.
Certes les références sont là mais concernant le registre, j’ai du mal à situer le groupe dans la catégorie de metalcore car les gros breaks et parties lourdes et écrasantes du hardcore n’y sont que très peu présents (sur la fin de ‘Beneath The Machine‘ par exemple ou encore sur ‘Laws Of Reason‘). C’est clairement le heavy qui prime ici. On dirait même que le groupe a du mal à mélanger les deux styles, ce qui donne des constructions de chansons un peu déroutantes, mélangeant trop ou pas assez de ces éléments. L’unité et la cohérence font un peu défaut et la fin du disque en pâtit puisque ça a tendance à s’essouffler.
Pour finir sur une note tout de même positive, les musiciens sont loin d’être à la rue quand il s’agit de soli couillus (‘Beloved Killer‘ a ma petite préférence) et Jared Maceachern assure au niveau vocal; l’ajout de back vocals est aussi assez sympa. Au final, et après plusieurs écoutes, j’irai même à dire que, malgré tout, cet album à un p’tit goût de reviens-y. Un groupe à surveiller.