Peu connu du grand public jusqu’à l’année passée, The Servant, formation anglaise amenée par le très charismatique (voir trop) Dan Black, aura frappé fort, voir très fort. Mélangeant différents styles musicaux comme la pop, la new wave ou encore le hip hop, il est vrai que le groupe dispose de pas mal d’atouts pour plaire à un maximum de personnes, tout ceci venant s’ajouter à une créativité sans limite qui donne aux Servant un côté irrésistible. L’album, du même nom que le groupe (c’est la mode en ce moment), débute par ‘Cell‘, un morceau qui mélange habillement pop et électro. Le second morceau, ‘Beautiful Thing‘, ne nous laisse pas sur notre faim et entame avec un riff des plus simples mais très accrocheur avec une toute petite touche de The Who au niveau de la voix sur le refrain. Un début donc des plus enthousiastes, surtout lorsque s’enchaîne ‘Liquefy‘, second single issu de l’album : un titre très simple mais assez envoûtant. Vous l’aurez donc compris, il est assez facile de se laisser prendre par la musique que nous livre The Servant. Malheuresement , même si les 7 premiers morceaux de l’album sont excellents, il faut avouer que le reste de l’album est franchement décevant. Des morceaux tels que ‘Not Scared, Terrified‘ ou encore ‘Get Down‘ nous amèneront dans une franche niaiserie. Une déception qui vient donc un peu gâcher une première partie d’album très plaisante.

En définitive, on peut dire que pour un premier album, The Servant s’en plutôt bien malgré certaines orientations musicales assez déroutantes et qui sont là pour nous rappeler qu’on ne fait pas d’argent sans toucher un maximum de personnes. Quoi qu’il en soit, cet album plaira sans aucun doute aux amateurs de pop anglaise. En revanche, gros bourrins ou allergiques à la musique dite ‘radio’ s’abstenir